Chroniques / Reviews

Le dernier violon de Menuhin – Xavier-Marie Bonnot

36116614– service de presse –

Titre : Le dernier violon de Menuhin
Auteur : Xavier-Marie Bonnot
Publication : 2017
Genre : littérature contemporaine
Édition lue : Belfond
Nombre de pages : 265
Statut : lu du 05/09/17 au 09/09/17
Obtenir un exemplaire


Synopsis
Rodolphe Meyer était le plus grand violoniste de sa génération, celui qu’on reconnaissait dans la rue et qui fut l’élève des grands maîtres.
Aujourd’hui Rodolphe n’est plus. Son nom sur les affiches est associé au mot annulé pour toutes les représentations qu’il n’a pu assumer, et il n’est plus remonté sur scène depuis des années.
Le Lord Wilton est là pourtant avec lui et ne le quitte plus dans son étui. Il est le seul être cher qui reste à ses côtés lorsque Rodolphe revient au pays de l’enfant sauvage pour enterrer Émilie, sa grand-mère, sa dernière famille. Sur la route qui le mène en Ardèche, le berceau de sa mère, Rodolphe plonge au plus profond de lui, dans son sanctuaire intime, à la recherche d’un monde perdu.
Rodolphe Meyer est celui qui a été et celui qui n’est plus, il n’est plus que celui que tout le monde connaît mais dont tout le monde a oublié le nom, l’enfant prodige privé d’enfance, le dernier représentant de sa famille, l’homme seul, sans enfant, l’abandonné, que bientôt le sauvage viendra visiter pour emporter son âme…

Critique : Je tiens à préciser que l’avis qui suit n’engage que moi et je ne remets absolument pas en question la portée de ce roman. Je pense seulement que ce type de littérature n’est pas fait pour moi, d’où cette note plutôt faible. Je savais, avant même de débuter ma lecture, que Le dernier violon de Menuhin risquait de ne pas me plaire mais comme il faisait partie de la sélection de la rentrée littéraire que j’ai reçue, j’ai décidé de lui donner une chance. Malheureusement, ce roman ne m’a pas emportée.
Dès les premières pages, j’ai essayé de me plonger dans l’histoire, bien décidée à être surprise et finalement apprécier ce livre. Cependant, j’ai immédiatement trouvé le style plutôt confus et la narration me paraissait compliquée. En bref : je ne savais pas où j’allais (et pour être honnête, je ne sais toujours pas où je suis arrivée…). A défaut d’actions, le roman est très descriptif et les chapitres sont parfois longs, ce qui n’aide pas à la compréhension et ne captive pas le lecteur. De plus, je ne voyais pas toujours le rapport entre les chapitres, même lorsqu’ils se suivaient. J’avais parfois l’impression de passer du coq à l’âne et continuais de me demander où l’auteur voulait en venir. Enfin, je ne comprends pas l’intérêt de diviser le roman en trois parties puisque je n’ai pas forcément toujours vu l’évolution du personnage et de l’histoire, mis à part peut-être dans la toute dernière. En conclusion, je suis passée complètement à côté de ce roman, pourtant bien reçu par les critiques, d’après ce que j’ai vu sur Internet.

Si l’un d’entre vous a eu l’occasion de lire Le dernier violon de Menuhin et l’a apprécié, je veux bien qu’on en discute pour peut-être mieux saisir l’intention de l’auteur.

1 réflexion au sujet de “Le dernier violon de Menuhin – Xavier-Marie Bonnot”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s