Chroniques / Reviews

Frankenstein – Mary Shelley

FrankensteinTitre : Frankenstein ou le Prométhée moderne
Auteure : Mary Shelley
Publication : 1818
Genre : roman gothique
Édition lue : GF Flammarion
Nombre de pages : 375
Statut : lu du 12/10/18 au 13/10/18
Obtenir un exemplaire

 


Synopsis :
Au mois de juin 1816, sur les rives du lac de Genève, Mary Shelley et ses amis cherchent à tromper l’ennui dans le chalet où la pluie les contraint à rester enfermés. Jeux de société, romans « terrifiants » à la mode, tout y passe, jusqu’à ce que Lord Byron leur suggère d’écrire, à leur tour, une « histoire de fantômes ». Ainsi naquit Frankenstein, l’histoire d’un savant trop audacieux, incapable de maîtriser le monstre qu’il avait créé : traduit dans des dizaines de langues, adapté plus de quarante fois au cinéma, ce roman écrit par une adolescente de dix-neuf ans allait connaître un succès mondial. A l’instar de Don Juan ou de Faust, le « hideux rejeton » de Mary Shelley s’est hissé au rang de mythe, donnant ainsi à la littérature d’épouvante ses lettres de noblesse.

Critique : Cela faisait très longtemps que j’avais envie de découvrir Frankenstein, sans pour autant savoir à quoi m’attendre. Je connaissais bien sûr les légendes autour de cette « créature », mais je n’avais jamais eu l’occasion de lire cette œuvre ou de voir ses adaptations cinématographiques. J’ai donc abordé le roman comme étant un classique qu’il fallait lire au moins une fois dans sa vie.
Pour être honnête, j’ai très vite déchanté en me lançant dans cette lecture. Dès les premières pages, le rythme est lent et particulièrement descriptif. Étant donné que le récit débute avec des lettres, j’ai attendu avec patience l’arrivée de l’action et d’une narration romanesque. Malheureusement, le changement de genre et celui du point de vue ne m’ont pas plus convaincue. Victor Frankenstein est un personnage qui m’a plutôt déçue et quelque peu énervée, puisqu’il passe son temps à se lamenter plutôt qu’à agir pour réparer ses erreurs. Finalement, j’ai ressenti plus de sympathie pour la créature qui est censée être détestable que pour Victor. Sur ce point, je trouve le roman agréable puisqu’il permet aux lecteurs d’apprendre à ne pas juger sur l’apparence ou sur la personnalité, mais à communiquer avec les autres, même lorsqu’ils ne nous ressemblent pas. Certes, celle de la créature n’est pas irréprochable mais ce « monstre », comme il est écrit, fait preuve d’humanité et sait se remettre en question.
Ce n’est donc pas l’histoire en elle-même qui ne m’a pas convaincue, mais plutôt l’écriture. Il y a beaucoup de longueurs et des passages qui ne me paraissent pas indispensables pour l’avancée du récit. Je trouve cela dommage que l’accent ne soit pas plus mis sur la relation qui existe, malgré tout, entre Victor Frankenstein et la créature. Finalement, nous suivons surtout la descente aux enfers de Victor et ses nombreuses dépressions. Cela aurait aussi été intéressant de suivre le parcours de la créature ou, en tout cas, d’approfondir ce qui a déjà pu être dit, pour comprendre son point de vue et ses conditions de vie.
Vous l’aurez compris, je reste sur un goût d’inachevé. Cela est probablement dû au fait que le mythe de Frankenstein a souvent été repris dans le monde du cinéma et dans notre imaginaire littéraire. J’avais très certainement des attentes trop élevées pour être pleinement satisfaite. Cela reste tout de même une lecture incontournable et je suis contente d’avoir pu découvrir ce roman !

1 réflexion au sujet de “Frankenstein – Mary Shelley”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s