Chroniques / Reviews

Peur sur le volcan – John-Erich Nielsen

35509830

Titre : Peur sur le volcan
Auteur : John-Erich Nielsen
Publication : 2005
Genre : policier
Édition lue : Palémon
Nombre de pages : 218
Statut : lu du 17/11/18 au 18/11/18
Obtenir un exemplaire

 


Synopsis : Dix trekkers bloqués dans un chalet, la nuit de Noël. Tous ne reviendront pas…

Archie mon neveu ne m’écoute jamais ! Je l’avais pourtant prévenu que cette randonnée ne me disait rien qui vaille… Quelle idée aussi ! Grimper sur un volcan le jour de Noël, alors que nous passons des vacances sans histoires sous le soleil des Canaries.
Deux morts ! Vous vous rendez compte ? Une touriste étrangère, et John Hatchington, le leader mondial de l’industrie pneumatique. Deux accidents à ce qu’il paraît…
Dire que mon neveu aurait très bien pu lui aussi… mon Dieu ! Je préfère encore ne pas y penser. Mais le voilà tout de même dans de beaux draps : arrêté par la police alors que lui-même est inspecteur à la criminelle ! J’ai bien essayé de lui expliquer à ce commissaire du port de Santa Cruz. Pourvu qu’il ait compris…
En plus, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que tout ça n’est pas terminé. Mon pauvre Archie ! Comment cette histoire va-t-elle finir ?
Marjorie Sweeney.

Critique : Peur sur le volcan est le deuxième tome de la série Les enquêtes d’Archibald Sweeney. J’avais pris beaucoup de plaisir à découvrir le premier titre, Meurtre au dix-huitième trou, et ce fut aussi le cas pour Peur sur le volcan.
Archibald Sweeney est un personnage attachant et haut en couleur. Si le roman est basé sur un ou plusieurs meurtres, la lecture, quant à elle, reste néanmoins joyeuse. En effet, nous sommes bien loin des thrillers sanglants qui nous font toujours plus frissonner de page en page. John-Erich Nielsen nous propose une enquête pleine d’humour et avec des rebondissements inattendus, nous rappelant les plus grandes enquêtes britanniques. Sur ce point, je peux clairement affirmer que le défi est relevé pour l’auteur. Non seulement, le personnage nous fait bien penser à l’Écosse, son pays d’origine, avec sa barbe rousse, ses blagues bien particulières et son rapport aux Anglais, mais en plus, la plume de l’auteur et le choix du vocabulaire renforcent cette ambiance écossaise.
Ce que j’aime particulièrement dans ce roman, mis à part mon attachement profond pour Archibald Sweeney, c’est la construction de l’intrigue. Tout est parfaitement dosé. On ne tourne pas autour du pot pendant cent pages pour enfin connaître le dénouement. Les actions s’enchaînent à un rythme effréné, laissant à peine le temps au lecteur de respirer. Il est pris dans le même tourbillon que les protagonistes, prenant part à son tour à l’histoire. On est à la fois spectateur et acteur, et c’est ce double point de vue qui nous donne envie de poursuivre notre lecture sans plus attendre pour découvrir le fin mot de l’histoire. J’ai également apprécié que l’on retrouve des références au premier tome et qu’Archibald Sweeney ait déjà évolué entre le premier et le deuxième titre de la série.
Je me réjouis d’avance de pouvoir lire la suite de ses aventures et vous recommande vivement de rencontrer, à votre tour, cet inspecteur si singulier !

Également de John-Erich Nielsen : Meurtre au dix-huitième trou

4 réflexions au sujet de “Peur sur le volcan – John-Erich Nielsen”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s