Freelancing

Du portage salarial à la micro-entreprise

Bonjour à tous !
Il y a quelques mois, je vous expliquais comment j’étais devenue indépendante en octobre 2017 grâce au portage salarial. Si vous avez lu mon article, vous savez qu’au moment de me lancer, j’avais envisagé de choisir le statut de micro-entrepreneur mais j’avais la crainte de me retrouver seule face à de nombreuses responsabilités. J’avais donc opté pour le portage salarial, qui permet de devenir indépendant, sans pour autant être isolé. Je dois dire que cette expérience d’un an m’a beaucoup apporté, que ce soit du côté professionnel ou d’un point de vue personnel. Cependant, j’avais besoin de faire évoluer mon entreprise et pour cela, il fallait que je change de statut. Je vous détaille à présent pourquoi j’ai pris cette décision et ce que cela change pour mon entreprise et pour mes clients.

Pourquoi ai-je décidé de quitter le portage salarial ?

Ma décision de quitter le portage salarial pour créer ma micro-entreprise ne s’est pas prise du jour au lendemain. J’y ai réfléchi pendant plusieurs semaines, si ce ne sont des mois, avant d’effectuer les démarches nécessaires au changement de statut. Cela s’explique principalement par deux raisons :
– En quittant le portage salarial, j’allais devoir faire face à mes craintes initiales. En effet, comme je vous en avais déjà fait part dans mon premier article Devenir indépendant, ma plus grosse peur était de me retrouver seule face aux problèmes de l’indépendance et de faire des erreurs qui peuvent me coûter cher par la suite. Avec le portage salarial, je n’avais pas cette crainte puisque c’est la société qui s’occupait de tous mes documents. De mon côté, je n’avais qu’à prospecter, créer mes devis et factures et travailler. C’est déjà pas mal, me direz-vous, mais ce n’est rien comparé à tout ce que l’on doit traiter en étant micro-entrepreneur. De plus, j’avais à disposition une équipe experte dans son domaine pour répondre à toutes mes questions, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on lance un projet.
– La seconde raison qui me faisait hésiter, c’était de perdre les avantages sociaux que je pouvais avoir en étant salariée portée. Comme le nom du statut l’indique, j’étais à la fois salariée et indépendante. J’avais la liberté de choisir mes missions, mais je pouvais également prétendre à des avantages comme une mutuelle d’entreprise, la signature d’un contrat à durée indéterminée intermittent ou encore l’assurance de ne pas être confrontée à une faillite personnelle. En micro-entreprise, rien de tout cela n’existe.

Si j’avais si peur, pourquoi vouloir changer de statut à tout prix ? Pour faire évoluer mon entreprise.
Assez rapidement après mon inscription, j’ai été confrontée à un problème de tarif. En effet, le portage salarial suppose des charges très élevées à cause des charges patronales et salariales, ainsi que la commission que l’on doit verser à la société de portage (environ 50% de notre chiffre d’affaires). Les prestations sont également soumises à une TVA de 20%. Pour faire face à ces dépenses et me verser un salaire, je devais bien entendu augmenter mes tarifs. Malheureusement, je travaille dans un domaine où les budgets sont très limités et les clients se tournent plus facilement vers des tarifs attractifs, parfois au détriment de la qualité de la prestation. Si j’ai tout de même réussi à décrocher quelques contrats, cela ne m’a pas permis de vivre et de me verser un salaire tous les mois, loin de là. Si je souhaitais poursuivre dans cette voie, il fallait que j’opère un changement radical. Pour cela, seule une modification de statut pouvait avoir les conséquences espérées.
Le 15 octobre 2018, après un an de portage salarial, j’ai donc déposé ma demande de création de micro-entreprise auprès de l’URSSAF.

La micro-entreprise, c’est quoi ?

D’après l’INSEE, « le régime du micro-entrepreneur est la nouvelle dénomination pour celui de l’auto-entrepreneur depuis le 19 décembre 2014. Ce régime […] s’applique depuis le 1er janvier 2009 aux personnes physiques qui créent, ou possèdent déjà, une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale (hormis certaines activités exclues), à titre principal ou complémentaire ». En bref, si vous avez un projet, que ce soit de vendre des produits ou des services, vous pouvez prétendre au statut de micro-entrepreneur. Me concernant, comme je propose des prestations de services, je suis considérée comme profession libérale

Quels sont les changements par rapport au portage salarial ?

Beaucoup d’aspects ont changé depuis que j’ai quitté le portage salarial pour créer ma micro-entreprise.
– Tout d’abord, d’un point de vue social. J’ai dû quitter le régime général pour rejoindre la sécurité sociale des indépendants. J’ai également opté pour une mutuelle spécialisée dans l’accompagnement des indépendants, cela facilite grandement les échanges.
– Je dois m’occuper moi-même de tout l’administratif : déclaration de mon entreprise auprès d’organismes, déclaration de mon chiffre d’affaires, paiement des cotisations et impôts, prospection des clients, création des devis et factures, et j’en passe très certainement. Le fait de ne plus avoir d’intermédiaire est tout de même un point positif. Je n’ai plus besoin de la validation de mes devis par la société pour commencer ma prestation. Dès que le client a signé le devis, tout est en règle. C’est un gain de temps énorme !
– Un chiffre d’affaires limité à 70 000€ par année civile (base de 2018). Pas de TVA à payer si les 35 000€ ne sont pas atteints, autrement dit 20% d’économie sur mes devis désormais !
– Des charges allégées. Au moment de ma déclaration d’entreprise, j’ai fait la demande de l’ACCRE, une aide pour les créateurs et repreneurs d’entreprises. Cela nous permet de bénéficier de taux de cotisations réduits pendant trois ans. Encore une fois, cela n’est pas négligeable lorsque notre projet est encore jeune. Personnellement, cela me permet de proposer des tarifs moins élevés et de me créer un réseau de clients. Pour vous donner une idée, pour ma première année d’activité, mes charges représentent 5,5% de mon chiffre d’affaires, contre 50% en portage salarial. A cela, je vais devoir ajouter la CFE (une cotisation pour mon local, même si j’exerce à domicile), mais dans tous les cas, cela représente beaucoup moins de frais qu’auparavant.
Les entreprises s’intéressent à mon profil. Lorsque j’étais en portage salarial, je m’étais inscrite sur une plateforme de freelance. Si l’enregistrement de mes informations professionnelles avait déjà été laborieux, l’intérêt pour mon profil, quant à lui, était inexistant. Le statut de salarié porté est méconnu et n’inspire pas toujours confiance.  Je ne travaillais donc qu’avec des particuliers. Depuis que je suis micro-entrepreneur, j’ai reçu plusieurs propositions de missions de la part d’entreprises, ce qui me permet de varier mes ressources et de multiplier les prestations.

Mon premier bilan

Si j’ai fait ma déclaration d’entreprise le 15 octobre 2018, je n’ai réellement commencé à travailler en tant que micro-entrepreneur que début décembre. En effet, les démarches peuvent être longues auprès des différents organismes et il faut que tout se mette en place doucement mais sûrement. Je n’ai donc pas énormément de recul par rapport à ce nouveau statut, mais je peux déjà vous dire que mon projet démarre mieux que lorsque je l’avais lancé en étant salariée portée. En seulement trois semaines, j’ai touché le même salaire qu’en sept mois en portage salarial. Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas devenue millionnaire, mais je souhaitais simplement souligner qu’un changement de statut peut faire la différence et débloquer une situation qui semblait pourtant au point mort. J’ai de nouveau l’espoir de pouvoir vivre de ma passion et garder cette indépendance qui me tient à cœur. Je vous donne rendez-vous dans quelques mois pour dresser un nouveau bilan qui, je l’espère, sera tout aussi positif !

Collaborer avec moi

Si après la lecture de cet article, je vous ai donné envie d’en savoir plus sur mes prestations, sachez qu’elles sont toutes détaillées sur ces deux pages : services littéraires + services promotionnels. Vous pouvez également consulter mes précédentes collaborations et des témoignages d’anciens clients.
Pour me contacter, vous pouvez m’envoyer un mail à alycia.bouedron@hotmail.fr ou me retrouver sur Malt.fr.

Au plaisir d’échanger avec vous !

4 réflexions au sujet de “Du portage salarial à la micro-entreprise”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s