Chroniques / Reviews

La Princesse de Babylone – Voltaire

25795098. sy475 Titre : La Princesse de Babylone
Auteur : Voltaire
Publication : 1768
Genre : Classique, conte philosophique
Édition lue : Librio
Nombre de pages : 93
Statut : lu du 10/09/19 au 11/09/19
Obtenir un exemplaire

 


Synopsis :
Formosante est princesse de Babylone. Son père veut trouver un époux digne d’elle. Toute la noblesse de l’époque entre alors en piste : pharaon d’Égypte et son bœuf Apis, le roi des Indes et le grand kan des Scythes…
Mais soudain surgit un inconnu, Amazan, berger porté par des licornes et escorté d’un merveilleux oiseau, le phénix. Le coup de foudre est réciproque.
Las ! Quelques heures plus tard, Amazan est obligé de quitter Babylone. Son père est mort. Folle d’amour, Formosante part sur ses traces. Commencent fracas et tracas… méprises et traîtrises.
Les voilà tous deux de par le monde. Amants éperdus et infortunés qui se cherchent. Que d’aventures et de tourments dans un Orient fabuleux et un Occident funeste soumis à l’Inquisition ! Que de merveilles et de folies avant de se retrouver !

Critique : Après avoir passé presque deux semaines dans l’univers de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert et ses 859 pages, j’avais envie d’une histoire courte et rapide à lire. Je me suis donc lancée dans le récit de La Princesse de Babylone, écrit par Voltaire. Ayant une relation particulière avec cet auteur, puisque c’est son œuvre Candide que j’ai dû étudier pendant mon baccalauréat de français (et je n’en garde pas vraiment un très bon souvenir !), j’avais envie de me confronter à un autre de ses textes. Ayant mûri depuis 2011 et continué à dévorer des œuvres littéraires, je pensais être plus apte à comprendre les nuances de la plume de Voltaire et en apprécier leur juste valeur. Malheureusement, ce ne fut pas le cas.
Si le début de ce récit philosophique me semblait prometteur, je n’ai finalement pas été convaincue par son déroulement. Certes, les messages transmis ont une importance particulière lorsqu’on les remet dans leur contexte de publication. Cependant, j’ai eu la sensation que l’intrigue était un peu plate, avec un schéma presque simpliste, du type « suis-moi, je te fuis, fuis-moi, je te suis ». Cela est renforcé par le fait que le vocabulaire est plus accessible que dans les autres écrits, facilitant ainsi la compréhension du récit.
Comme je l’ai évoqué précédemment, La Princesse de Babylone est une satire des mœurs politiques, ainsi qu’une critique à propos de la religion, de la condition humaine, des différentes classes de la société et de la noblesse et bourgeoisie. Plus ou moins subtilement, à l’aide d’aspects fantastiques, Voltaire exprime sa propre opinion concernant tous ces sujets et se positionne comme un véritable porte-parole de son époque.
En définitive, si l’angle de vue et l’intrigue choisis ne m’ont pas vraiment convaincue, j’ai tout de même pu apprécier l’importance des thèmes traités et l’aspect témoignage de ce récit philosophique. Néanmoins, je ne garderai probablement pas un souvenir impérissable de cette histoire. C’est un classique à découvrir pour mieux comprendre les tenants et aboutissants d’une société, mais aussi pour se rendre compte que certains points sont encore d’actualité. C’est sans aucun doute pour cela que les écrits de Voltaire continuent de traverser les siècles.

1 réflexion au sujet de “La Princesse de Babylone – Voltaire”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s