Interviews

Discussion avec Camélia C.

Bonjour à tous,
Suite à mon sondage sur Twitter, j’ai pris la décision de publier plus régulièrement de nouvelles interviews d’auteurs. Pour cette semaine, j’ai eu l’opportunité de poser quelques questions à Camélia C., auteure et correctrice indépendante.
Avant de nous lancer dans le vif du sujet, voici un extrait de son premier roman, A contretemps.

Lorsque notre avenir et tous nos espoirs s’éteignent, que nous reste-t-il ?
« Étonnée de remarquer qu’il ne lui avait pas retourné la question, elle osa demander :
— Tu ne veux pas connaître mon prénom ?
Yeux dans les yeux, d’un regard ardent et d’une voix calme, il lui lança le plus simplement du monde :
— Non… »
David n’est pas celui qu’il lui faut, Ambre le comprend rapidement. Mais à la seconde où leurs regards se croisent, il est déjà trop tard : elle ne parvient plus à l’oublier et ne prend pas conscience du piège inextricable dans lequel elle s’enfonce…
À quel instant le destin d’Ambre bascule-t-il ? Sera-t-elle assez forte pour résister, malgré toute l’horreur qui l’entoure ?
Quand le coup de foudre vire au cauchemar, seule la survie compte.

Camélia C. est le pseudonyme que tu utilises pour la publication de tes romans et ta présence sur les réseaux sociaux. A-t-il une signification particulière ?

En effet, pour ce premier roman, j’ai absolument souhaité apparaître sous un pseudonyme. Je ne sais pas trop pourquoi, mais avec du recul, je pense que j’avais peur de la façon dont serait accueilli mon texte et je ne souhaitais pas révéler mon identité. Camélia étant mon deuxième prénom, j’ai l’habitude de l’utiliser lorsque je ne souhaite pas révéler comment je m’appelle. C’est venu naturellement quand j’ai choisi mon pseudonyme, et j’y ai ajouté l’initiale de mon nom de famille.

Tu es l’auteure d’une duologie, A contretemps et A contrecœur, qui mêle la romance au suspense. Qu’est-ce qui te plaît dans ces deux genres littéraires ?

Je souhaitais écrire un roman « page turner », qu’on ne puisse plus lâcher avant de connaître le fin mot de l’histoire. Pour moi, c’était forcément du thriller/suspense qu’il fallait que j’incorpore au récit pour provoquer cet effet. C’est d’ailleurs un style que j’adore lire et voir au cinéma. Ce genre nous tient en haleine et je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Par ailleurs, j’avais envie de m’amuser un peu en mélangeant plusieurs styles, et j’avais cette idée de départ d’un coup de foudre entre un homme et une jeune femme. Je n’avais pas envie d’écrire un roman à l’eau de rose à cette période de ma vie (pas que je n’aime pas ça, mais ce n’était pas ce qui m’inspirait à ce moment-là) ni une dark romance. Je souhaitais quelqu’un chose qui nous éloigne des sagas qui cartonnent et qui puisse surprendre le lecteur, mais c’était compliqué parce que j’avais l’impression que tout avait déjà été publié. Je me souviens d’avoir pris une feuille, d’avoir noté ce qui m’inspirait. Quand j’ai eu quatre ou cinq mots sur le papier, j’ai su ce que je devais écrire. Tout s’est imbriqué comme les pièces d’un puzzle et ça a été une sensation vraiment grisante. Je savais qu’il fallait que j’écrive ça et pas autre chose.

As-tu une routine d’écriture ?

Dernièrement, non. J’écris très peu, car mon métier occupe presque tout mon temps.
Cependant, quand j’ai écrit À contretemps, j’avais un rythme de folie et j’écrivais chaque jour sans faute. Je notais le nombre de mots ajoutés car ça me motivait, et je travaillais sur le roman dès que l’envie me prenait (je ne travaillais pas à ce moment-là donc j’en avais la possibilité). Il m’arrivait d’écrire des heures à mon réveil, sans être sortie de mon lit, ou la nuit, entre minuit et 6 heures du matin. Je rentrais dans des sortes de transe où je quittais le monde réel et je me plongeais dans l’histoire. J’étais avec les personnages et je vivais avec eux ce qu’ils traversaient. C’était une sensation vraiment incroyable.
Malheureusement, je n’ai jamais réussi à retrouver tout ça depuis. J’espère que ce sera le cas un jour !

Après avoir été partagés sur Wattpad, tes romans sont désormais auto-édités. Était-ce un choix de ta part d’avoir eu recours à l’auto-édition ou une nécessité pour élargir ton lectorat ?

En réalité, publier un roman était un rêve d’enfant et mon objectif dès le début. Wattpad n’a été qu’un moyen de montrer mes écrits rapidement parce que j’en ressentais le besoin. Je voulais qu’on me lise et qu’on me donne son avis pour que je puisse retravailler mon texte.
Une fois accessible sur la plateforme, le roman a bien plu et, après l’avoir réécrit de A à Z en corrigeant ce qu’il fallait, je l’ai publié sur Amazon directement. Je savais que je m’auto-éditerais un jour avant de me lancer sur Wattpad.

En plus d’être auteure, tu es correctrice indépendante. Cette activité a-t-elle un impact sur ta propre écriture ?

Oh que oui ! J’adore mon métier. Je le trouve passionnant et j’aime l’interaction que j’ai avec les auteurs avec lesquels je collabore. Cependant, le revers de la médaille, c’est que je suis devenue ultra-exigeante concernant mes propres écrits et que cela m’a créé un blocage. Dernièrement, j’ai commencé l’écriture de trois romans qui sont maintenant en stand-by. Je n’arrive pas pour l’instant à passer le stade de la trentaine de pages et je n’aime plus ce que j’ai écrit lorsque je me relis.
C’est un problème qui finira par s’estomper, du moins je l’espère !

Quels sont tes projets pour les mois et années à venir ?

Du côté de l’écriture, j’aimerais déjà réussir à terminer un autre roman ! Ha ha Une fois que ce sera fait, j’envisage de proposer mes écrits à des maisons d’édition. Une éditrice dans une grande maison d’édition m’a contactée au printemps pour me proposer de lui soumettre des textes après avoir lu et aimé mes romans. Rien n’est joué, mais je pense que cela pourrait être un moteur et m’encourager à boucler un récit.
J’ai également pour projet de publier un ouvrage en auto-édition, mais ce ne sera pas un roman. Je n’ai pas encore fait l’annonce, alors je reste discrète à ce sujet-là, mais je peux révéler que ce sera en rapport avec ma profession de correctrice.
J’aimerais beaucoup écrire des livres pour les enfants, et je souhaiterais m’occuper des illustrations (j’ai toujours aimé dessiner, même si je n’accorde jamais de temps à cette activité). Je possède déjà une tablette graphique que je compte bien apprendre à dompter un jour pour ce projet !
Côté boulot, j’aimerais m’associer avec des confrères et consœurs. C’est du moins une chose à laquelle je pense depuis plusieurs mois et qui me semble bien partie.
Pour le reste, je laisse le futur me surprendre. Je verrai bien ce qu’il me réservera !

Avant de terminer cette interview, je tiens à remercier les lecteurs qui m’auront lue jusqu’ici, ainsi qu’Alycia, pour m’avoir offert l’opportunité de m’exprimer et s’être intéressée à mon profil !

************

Je tiens à remercier chaleureusement Camélia C. d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Si vous souhaitez découvrir ses écrits, vous pouvez les retrouver sur son site Internet, ainsi que sur Amazon. Vous pouvez également suivre son actualité sur Facebook et Twitter. Enfin, pour faire appel à ses services de correctrice, rendez-vous sur son site professionnel.

1 réflexion au sujet de “Discussion avec Camélia C.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s