Freelancing

Entretien avec Léa Butel

Depuis trois ans et demi, je partage avec vous mon quotidien de rédactrice web indépendante. Choix du statut, formalités administratives, difficultés et réussites : j’essaye de faire en sorte que le freelancing n’ait plus de secrets pour vous.
Afin de compléter les articles que j’ai déjà partagés avec vous, j’ai proposé à une consœur, Léa Butel, de répondre à certaines de mes questions. Découvrez ses réponses sans plus tarder.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Léa, une consœur relativement jeune dans l’univers du freelancing mais habituée du milieu de la rédaction web. Passionnée par la musique et le cinéma, j’ai d’ailleurs eu la chance d’écrire dans ces deux domaines au cours de mes études de LEA anglais allemand. En quittant l’université, j’avais hâte de travailler et de vivre de ma passion. Un processus long mais dont j’ai vécu chaque étape comme un défi qui m’a amenée là où je le voulais : à l’écriture !

Quel a été ton parcours, académique et professionnel, avant de devenir freelance ?

Beaucoup d’entrepreneurs que je connais ont toujours su qu’ils voulaient emprunter cette voie… Contrairement à moi ! J’ai découvert la rédaction web un peu par hasard, lors de mes études à Diderot (Université Paris VII très, très chère à mon cœur). En réalité, c’est en rattrapant un cours que j’ai rencontré Louis, à qui je faisais part de mon envie de devenir journaliste musical. Il m’a alors parlé d’une connaissance, rédactrice en chef pour un magazine culturel. C’est ainsi que j’ai rejoint le LookMag, sous la supervision de Rizhlaine, à la chevelure impressionnante dissimulée sous un large chapeau et au trait d’eye-liner impeccable. Ecrire pour ce magazine a été un pur bonheur, j’ai pris en charge la rubrique Musique et j’ai eu la chance d’interviewer des artistes avec lesquels je suis encore en contact aujourd’hui. A l’occasion de mon entrée en master d’information communication, j’ai quitté le magazine et intégré une autre rédaction.
J’avais beaucoup appris avec Rizhlaine mais en arrivant chez Dynamique Mag, j’ai découvert un autre monde : celui de l’entrepreneuriat. Pendant six mois, j’ai écrit entre de 2 000 et 3 500 mots par jour sur des thématiques spécialisées autour de la création d’entreprise. Une expérience également formatrice car, en plus de devenir beaucoup plus efficace, j’ai découvert un univers que je ne connaissais absolument pas. Frustrée par le contenu de ma formation universitaire, que je trouvais trop faible et beaucoup trop théorique, j’ai d’autant plus apprécié ce stage très pratique.
J’ai ensuite intégré un master pro en rédaction technique, qui me permettait de travailler immédiatement (j’avais hâte de voler de mes propres ailes !), car en alternance. C’est là que Thales est venu me chercher et je suis restée 4 ans dans l’entreprise. Formidable au début, j’y ai fait des rencontres qui ont changé ma vie ! Des professionnels passionnés qui m’ont appris énormément. Sauf que plus les années passaient, plus la rédaction me manquait… J’occupais un poste à Bordeaux axé sur la création de modules e-learning. Intéressant, mais il devenait de plus en plus clair avec le temps que ma vocation se trouvait ailleurs. Thales m’a permis de découvrir l’univers de l’industrie et le fonctionnement d’une multinationale. Ma famille était aussi fière de m’y voir entrer que paniquée de me voir partir ! Ceci étant, je n’ai pas claqué la porte du jour au lendemain. J’ai commencé par rédiger des critiques cinéma en parallèle de mon emploi pour un autre magazine culturel, L’Info Tout Court (que je salue d’ailleurs, super team !) Un an plus tard, je signais ma demande de congé pour création d’entreprise et me voilà freelance !

Quel statut as-tu choisi pour exercer ton activité et pourquoi ?

Naturellement terrifiée par les formalités administratives, j’ai suivi les conseils que l’on m’a donnés avant de me lancer et j’ai choisi le statut de micro-entrepreneure. Très peu de papiers à remplir, une fiscalité assez simple, ce statut s’avère aussi facile à gérer qu’on me l’avait dit.
Je n’ai pas envie de créer une société ni d’embaucher plus tard, il ne me semblait donc pas utile de chercher plus loin.

As-tu rencontré des difficultés particulières pour créer et développer ton entreprise ? Si oui, lesquelles ?

La première difficulté de chaque créateur d’entreprise reste de trouver ses premiers clients. Comme je rédigeais pour le web depuis plusieurs années lorsque je me suis lancée, je possédais déjà un portfolio assez conséquent à envoyer à mes prospects, ce qui m’a bien servi je pense. Il s’agit d’ailleurs du conseil que je donnerai dans le cadre de la question suivante ! J’ai contacté des agences de création de contenus en mettant un lien vers mes articles les plus récents, des dizaines de critiques musique et cinéma, et les réponses sont rapidement tombées. Le premier client à me faire confiance m’a confié du travail un mois après ma création d’entreprise (coucou Guillaume !) j’étais tellement heureuse, je lui en suis éternellement reconnaissante ! (sur le moment, c’était la fête, mon premier client !)
L’une des difficultés parfois sous-estimée du freelancing reste la gestion des périodes de creux. Pour le coup, Alycia, tu m’avais prévenue ! Je me suis retrouvée avec deux, trois semaines en janvier sans activité et j’ai un peu paniqué… Il s’avère que, comme pour la plupart des collègues avec qui j’ai pu en parler, les donneurs d’ordre avaient tous plus ou moins le COVID et se trouvaient donc en arrêt maladie. Il s’agit toutefois d’une réalité du freelancing. Parfois, on a du travail par-dessus la tête et parfois, c’est le calme plat. J’en ai profité pour préparer des posts LinkedIn, des articles pour mon blog… Et pour prospecter ! Une tâche hyper importante que l’on met souvent de côté quand on est sous l’eau.

Tu es rédactrice web SEO et interviens auprès des TPE et PME. Peux-tu nous en dire plus sur les tâches que tu accomplis au quotidien ?

Au final, aussi étonnant que ça puisse paraître aux futurs freelances, la rédaction web n’occupe pas forcément la plus grande partie de mes journées ! Je m’y consacre surtout le matin, quand je suis bien réveillée ! J’écris au moins deux articles de fond, complexes, ou trois plus simples. En dehors de ça, je passe beaucoup de temps à faire de la communication car je tiens à rester disponible pour mes clients dès qu’ils en ont besoin.
Comme je trouve la plupart de mes clients sur LinkedIn, je passe une ou deux heures par jour sur le réseau. Je surveille l’actualité des entreprises et personnalités qui m’intéressent, et je discute avec ! Je n’aurais pas cru que LinkedIn était aussi efficace pour les rencontres pro, mais cet outil se révèle d’une efficacité impressionnante. J’y ai échangé avec des confrères et consœurs, des clients, des prospects, des professionnels qui m’inspiraient … Cet outil est génial !

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux lecteurs ayant le projet de devenir freelances et/ou rédacteurs web ?

Je vois beaucoup d’entrepreneurs s’écrier « foncez ! » aux aspirants créateurs d’entreprise. Je ne serais pas aussi catégorique, je dirais plutôt « préparez-vous. Soyez prêts à travailler bénévolement pendant un temps pour vous constituer un portfolio solide, vous former et arriver sur le marché avec un profil en béton ! » Rome ne s’est pas faite en un jour et une entreprise demande beaucoup d’investissement personnel, mieux vaut arriver en étant préparé au maximum. Je crois vraiment que si mon activité a pu démarrer assez vite, c’est parce que j’avais déjà une bonne expérience à valoriser.

************

Je tiens à remercier chaleureusement Léa d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Si vous souhaitez découvrir ses prestations et ses conseils, rendez-vous sur son site internet ou sur son profil LinkedIn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s