Blogging

Qu’est-ce que le snack content ?

Si les longs articles de blog trouvent majoritairement leur public dans la sphère professionnelle, les contenus courts, quant à eux, ont la part belle auprès des consommateurs et des jeunes internautes. Toutefois, avoir recours aux deux dans sa stratégie de contenu n’est pas une mauvaise idée. Au contraire, cela permet notamment d’aborder un même sujet sous divers angles et de toucher un public large.
Dans cet article, je vous explique en quoi consiste le snack content et pourquoi l’intégrer dans sa production de contenu.

Définition du snack content

Le snack content, qui est également appelé micro-contenu, consiste à proposer des contenus courts, destinés à être consommés rapidement. Cette pratique est particulièrement présente sur les réseaux sociaux, les internautes ne consacrant parfois que quelques secondes à une publication. Toutefois, le snack content peut également être utilisé sur les blogs, en complément des longs articles de blog. Il s’agit alors de proposer des contenus pertinents et facilement assimilables par le lectorat.
Contrairement aux articles de blog développés, qui permettent à une entreprise d’asseoir son expertise et de bien se positionner sur les moteurs de recherche, le snack content permet de capter l’attention des visiteurs et d’augmenter l’engagement des consommateurs, en leur soumettant des informations partagées sous un format viral.

Exemples de snack content

L’exemple le plus connu de snack content n’est autre que la publication sur les réseaux sociaux. En tête du classement des adeptes du snack content, nous retrouvons Twitter, qui a décidé de limiter le nombre de caractères dans les posts de ses utilisateurs. Ces derniers sont donc contraints d’aller à l’essentiel, qu’ils soient particuliers ou professionnels. LinkedIn n’est pas en reste, puisqu’il affiche la mention « voir plus » dès qu’il juge que le message est trop long. D’ailleurs, LinkedIn propose un autre type de snack content sur sa plateforme. Il s’agit des articles courts, à mi-chemin entre les publications de réseaux sociaux et les articles de blog.
Les infographies et les vidéos courtes sont également d’excellents exemples de snack content. D’ailleurs, il n’est plus rare de les retrouver sur les sites internet des entreprises en guise de présentation. Cela permet, entre autres, d’apporter une certaine proximité avec les visiteurs, mais aussi de mieux dévoiler la personnalité de l’entreprise.
Enfin, les mèmes et les gifs animés se sont énormément développés ces dernières années. S’ils étaient initialement utilisés dans la sphère privée, les professionnels y ont désormais recours pour transmettre leurs messages avec humour et une bonne dose d’autodérision.

Pourquoi utiliser le snack content ?

Le snack content n’est pas une pratique récente. Effectivement, dès les années 1980, des pages de brèves et d’iconographies voient le jour dans la presse. Les lecteurs étaient déjà à la recherche d’informations rapidement consommables, plutôt que d’articles longs et parfois difficiles à comprendre. Avec la généralisation des smartphones et l’accès facilité aux informations, la tendance a pris de l’ampleur très rapidement. A présent, il est indispensable pour les professionnels de capter rapidement l’attention des visiteurs, au risque de les voir partir chez la concurrence.
Opter pour le snack content est donc un moyen de se faire une place dans cet excès d’informations qui inonde chaque jour les internautes. Vous leur donnez effectivement la possibilité d’avoir accès à des données pertinentes, tout en n’exigeant pas de leur part de vous consacrer de longues minutes d’attention.
De même, vous augmentez vos chances de voir l’engagement grimper en flèche. C’est particulièrement vrai lorsque vous parvenez à créer une publication qui devient virale sur les réseaux sociaux. Cela peut alors contribuer à l’augmentation du trafic de votre site internet, voire à l’élargissement de votre clientèle. Toutefois, les retombées du snack content sont majoritairement visibles à court terme seulement, contrairement aux articles de blog qui peuvent générer des visites sur le long terme.

Quels sont les avantages du snack content ?

Vous l’aurez compris, le snack content est une pratique complémentaire à la rédaction d’articles de blog complets et longs. Il présente ainsi de multiples avantages, s’il est correctement intégré à votre stratégie et à votre production de contenu.
Pour commencer, le snack content vous permet donc de développer significativement l’engagement de votre audience. Si vous publiez sur les réseaux sociaux, par exemple, ces micro-contenus vous permettent de bénéficier de « likes », de partages et de commentaires. Indubitablement, cette participation contribue fortement à votre visibilité et à la constitution d’une communauté intéressée par votre expertise.
Ensuite, le snack content peut être un excellent moyen de recycler vos articles de blog. Comme nous avons déjà pu l’aborder à plusieurs reprises ici, il est indispensable de réutiliser de temps en temps les idées que vous avez déjà traitées, en les proposant sous un autre format. Cela permet à vos nouveaux visiteurs et abonnés de découvrir ces sujets. Quant au public qui vous suit depuis longtemps, cela lui donne la possibilité de rafraîchir sa mémoire ou de mieux comprendre un message qui n’était pas bien assimilé jusqu’à présent.
Enfin, le snack content est un outil puissant pour développer votre personal branding. En effet, à l’aide de vidéos ou d’illustrations, vous pouvez facilement transmettre vos valeurs, vos engagements et votre façon d’être. Il peut permettre d’instaurer une certaine complicité avec votre audience.

Quels sont les inconvénients du snack content ?

Si le snack content comporte de nombreux avantages, il génère aussi des inconvénients non négligeables.
Tout d’abord, si le snack content est consommé rapidement par les internautes, cela ne signifie pas pour autant qu’il ne demande pas un minimum de préparation pour être pertinent. Au contraire, il peut être difficile d’être percutant lorsque le nombre de mots est limité ou quand il faut choisir une seule image pour passer un message précis. Ainsi, préparer du snack content peut être particulièrement chronophage.
Ensuite, les retombées d’un micro-contenu sont très difficiles à estimées. Contrairement à un article de blog qui peut être optimisé pour augmenter ses chances d’être bien placé sur les moteurs de recherche, le snack content peut rapidement partir aux oubliettes s’il ne trouve pas son public. Malgré une préparation aux petits oignons, personne n’est à l’abri de faire un « flop ».
Enfin, comme évoqué précédemment, les résultats obtenus grâce au snack content sont généralement de courte durée. Il est donc nécessaire de créer sans cesse afin de prolonger les effets et ne pas retomber immédiatement dans l’oubli.

En définitive, le snack content est une pratique qui peut être très intéressante pour développer sa présence sur Internet. Toutefois, pour être pertinente sur le long terme, il est nécessaire de la compléter avec une stratégie de contenus plus longs et travaillés en profondeur. Cela vous permet de prouver votre expertise auprès de votre public cible et de vous positionner, petit à petit, en tant que référence dans votre domaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s