Chroniques

Le Souffle du bonheur – Linda Da Silva

– roman offert par l’auteure –

Titre : Le Souffle du bonheur
Auteure : Linda Da Silva
Publication : 2021
Genre : contemporain
Édition lue : Lemart
Nombre de pages : 225
Statut : lu du 23/06/21 au 27/06/21
Obtenir un exemplaire

Synopsis : Il n’est jamais trop tard pour partir à la conquête de son bonheur !
Le printemps s’installe tranquillement à Paris, avec son lot de giboulées. L’envie de partir loin devient de plus en plus pressante : oublier ses soucis, susciter de nouvelles rencontres, se donner une autre chance. À la poursuite du bonheur, chacun hisse ses voiles pour voguer au hasard d’une destination. Jusqu’où pouvons-nous aller dans notre quête insatiable du bonheur ? À chaque nouvelle épreuve, faut-il renoncer ou avancer ? Des éclats de vie qui enchantent, des joies, des chagrins, quelques confidences. Ensemble, pendant un road trip dans les îles Lofoten en Norvège, pour le meilleur et pour le pire, tous vont tenter de laisser entrer le souffle du bonheur dans leur vie.

Critique : Je tiens tout d’abord à remercier Linda Da Silva de m’avoir permis de découvrir son roman grâce à l’envoi d’un service de presse. J’ai, à plusieurs reprises, eu l’opportunité d’échanger avec elle, sans pour autant avoir l’occasion de me plonger dans ses écrits. Je suis ravie que ce soit désormais le cas.
Dès les premières pages, j’ai apprécié découvrir des personnages très variés, venant de tous horizons et offrant aux lecteurs un large spectre de représentation. Grâce à cela, il est très facile de s’identifier à l’un d’entre eux, afin d’entrer un peu plus encore dans l’histoire qui nous est racontée. D’ailleurs, même si on ne se reconnaît pas dans le parcours ou la personnalité de ces protagonistes, on ne peut qu’être touché par ce qu’ils dégagent et la complicité qui se crée progressivement entre eux. Pour ma part, j’ai particulièrement aimé Gabriel, Axelle et Jonas, qui sont trois figures à la fois fortes et fragiles. Ce sont précisément cette complexité et cette ambivalence qui ont su m’émouvoir au fil des chapitres.
Côté intrigue, j’ai trouvé qu’un voyage en camping-car était un excellent prétexte pour réunir des personnages dont les chemins ne se seraient pas croisés en temps normal. Cela permet en plus aux lecteurs de s’évader virtuellement, tout en en apprenant plus sur la Norvège. Me concernant, je ne connaissais pas grand-chose sur ce pays, si ce ne sont les caractéristiques principales comme la météo ou la présence d’aurores boréales. Ainsi, ce récit m’a permis d’en savoir plus sur les traditions et le mode de vie qui sont perpétrés par les locaux. Mais au-delà d’une histoire qui peut sembler légère au premier abord, Linda Da Silva traite également des sujets plus lourds, comme l’autisme, la perte d’un enfant ou la maladie d’Alzheimer. Mis en avant avec délicatesse, émotion et justesse, tous ces thèmes deviennent finalement une source d’espoir, pour peu qu’on se donne la peine de laisser entrer le bonheur en nous. Le Souffle du bonheur est un roman qui fait du bien, qui met du baume au cœur, même si les conditions sont très obscures. J’ai peut-être tendance à extrapoler, mais je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec la Norvège. Ce pays peut nous sembler dur à affronter, en raison de températures très froides et d’une luminosité très différente de ce que l’on a l’habitude d’avoir en France. Pourtant, quand on creuse un peu ou qu’on se montre patients, la nature peut nous offrir de belles récompenses, à l’image des aurores boréales ou des paysages à couper le souffle. Finalement, j’ai perçu le choix du pays pour cette intrigue comme une allégorie de l’histoire elle-même. La Norvège est presque un personnage à part entière dans ce récit.
Enfin, d’un point de vue littéraire, j’ai aimé découvrir la plume de Linda Da Silva. L’auteure parvient à alterner entre passages drôles et d’autres plus sérieux. Toutes sortes d’émotions sont véhiculées dans ce roman, ne pouvant pas nous laisser indifférents. Si je devais faire une remarque sur ce qui m’a moins convaincue, ce serait peut-être qu’il manque un peu de dialogues. J’ai eu parfois la sensation qu’il y avait beaucoup d’informations données dans la narration et finalement peu dans les échanges verbaux entre protagonistes. En optant pour les dialogues, l’histoire aurait certainement gagné en rythme, mais cela n’empêche pas que Le Souffle du bonheur reste un roman très agréable à lire.
En définitive, j’ai pris beaucoup de plaisir à me plonger dans la lecture du roman Le Souffle du bonheur. C’est un récit touchant et qui fait du bien. Grâce à sa référence au Café des délices, j’ai désormais envie de découvrir les autres écrits de Linda Da Silva !

Interview de Linda Da Silva

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s