Chroniques / Reviews

Le Testament des abeilles – Natacha Calestrémé

Résultat de recherche d'images pour "le testament des abeilles"Titre : Le Testament des abeilles
Auteure : Natacha Calestrémé
Publication : 2011
Genre : thriller
Édition lue : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 365
Statut : lu du 16/11/19 au 18/11/19
Obtenir un exemplaire

 


Synopsis : 
Des habitants s’entretuent, certains se suicident, d’autres meurent brutalement comme frappés par un mal invisible. Hommes, femmes, enfants, personne n’est épargné. En quelques jours, Paris devient la scène d’une véritable hécatombe. Aucun lien apparent entre ces drames, en dehors d’une fleur de lotus retrouvée à proximité des différentes affaires. Mais pourquoi ne trouve-t-on aucun mobile, aucun ADN, ni arme de crime ? Secte, bioterrorisme ou oeuvre d’un psychopathe ? Toutes les pistes sont étudiées par le major Yoann Clivel jusqu’à la découverte d’un texte prophétique annonçant « une folie meurtrière ». Cette énigme servirait-elle de fil conducteur à un assassin ?

Critique : Avant même de découvrir la plume romanesque de Natacha Calestrémé, ce sont ses articles sur LinkedIn que j’appréciais lire. Les thématiques abordées m’intéressaient tout particulièrement et j’aimais le point de vue adopté. Ainsi, en 2018, lorsque j’ai eu l’occasion d’assister à sa conférence au Printemps du livre de Montaigu, je n’ai pas hésité une seule seconde à m’y rendre. A nouveau convaincue par les sujets mis en avant dans ces romans et par la recommandation de l’auteure, c’est finalement au salon Livr’à Vannes, cette année, que j’ai décidé de craquer pour Le Testament des abeilles.
Dès les premières pages, j’ai été captivée par le choix narratif effectué par l’auteure. En effet, j’ai rarement lu des thrillers ayant pour narrateur principal un major qui revient sur une enquête une fois celle-ci élucidée. Nous suivons généralement le suspect ou l’équipe de police pendant que l’action se déroule, et non après. Néanmoins, dans le cadre de ce roman, j’ai trouvé le choix très judicieux puisqu’il nous permet de découvrir les états d’âme du narrateur et ses impressions sur les décisions qu’il a prises, en ayant désormais le recul nécessaire pour juger si elles étaient bonnes ou mauvaises. Cela renforce le suspense instauré par l’intrigue et par les éléments volontairement laissés de côté par le narrateur principal, afin que le lecteur ne soit pas omniscient et se fasse surprendre par une révélation finale propre aux thrillers. L’alternance entre une narration à la première personne du singulier et une autre à la troisième personne du singulier permet à la fois d’aiguiller le lecteur pour qu’il puisse émettre des hypothèses et de le mener sur de fausses pistes, afin d’apporter la solution à la toute fin du roman. Selon moi, cette narration singulière fait partie des éléments qui font la force de ce roman.
Le deuxième point que nous pouvons souligner correspond à la plume même de l’auteure. Natacha Calestrémé parvient à nous proposer une palette de protagonistes tous différents les uns des autres, et à retranscrire leur singularité dans la narration et les dialogues. Ainsi, en tant que lecteur, nous pouvons nous faire une idée plus précise de la personnalité de chacun et les imaginer plus facilement, rendant l’intrigue plus concrète encore. Cela accentue le sentiment d’empathie ou d’apathie que nous pouvons avoir à leur égard et la volonté de trouver le ou les coupables qui se cachent derrière ces meurtres atroces.
Enfin, le troisième et dernier point qui m’a particulièrement plu dans ce roman, ce sont les sujets abordés. Comme je l’évoquais précédemment, je suis sensible aux thèmes que Natacha Calestrémé traite dans ses articles et c’est également le cas dans ce roman. Il est notamment question de l’impact qu’ont les hommes sur l’environnement et de la destruction progressive de la nature. Tout en dénonçant le comportement extrémiste de certains militants, l’auteure nous pousse à nous remettre en question vis-à-vis de notre rapport à la Terre. Suite à la lecture de ce roman, nous ne pouvons plus être indifférents au sort qui est réservé à notre planète. Il est d’ailleurs bien triste de constater que certaines prévisions se sont réalisées entre la publication du livre en 2011 et aujourd’hui. Au-delà de l’environnement, la thématique des guérisseurs et médiums est également intéressante à découvrir et apporte un vrai plus à cette histoire.
En définitive, Le Testament des abeilles est un thriller qui est réussi à la fois d’un point de vue du divertissement et de celui de l’information à propos de l’état inquiétant de notre environnement. L’intrigue nous tient en haleine du début à la fin et ne peut nous laisser indifférents. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous recommande vivement de vous plonger dans Le Testament des abeilles.

1 réflexion au sujet de “Le Testament des abeilles – Natacha Calestrémé”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s