Chroniques / Reviews

La Route de Savannah Winds – Tamara McKinley

44667170. sy475 Titre : La Route de Savannah Winds
Auteure : Tamara McKinley
Publication : 2014
Genre : saga familiale
Édition lue : L’Archipel
Nombre de pages : 395
Statut : lu du 05/06/20 au 11/06/20
Obtenir un exemplaire

 


Synopsis :
Début des années 2000. À Brisbane, Fleur apprend qu’elle hérite d’Annie Somerville, une tante qu’elle n’a jamais rencontrée.
Milieu des années 1930. Annie et son époux ont quitté Melbourne pour devenir éleveurs à Savannah Winds, un ranch au nord-est de l’Australie, dans une contrée rude mais empreinte d’une beauté à nulle autre pareille.
À la lecture du journal d’Annie, qu’on croyait disparu, le doute et l’angoisse assaillent Fleur. A-t-elle bien fait d’entreprendre ce voyage à travers le temps et l’espace, qui pourrait bouleverser sa vie ainsi que celle de ses proches ?
Par son atmosphère envoûtante, la force de ses personnages et ses secrets enfouis, cette saga australienne s’inscrit dans la lignée de La dernière valse de Mathilda, l’immense succès de Tamara McKinley.

Critique : J’ai découvert la plume de Tamara McKinley en avril dernier avec son roman La dernière valse de Mathilda. Si j’avais eu un peu de mal à entrer dans l’histoire en raison de descriptions relatant des événements difficilement acceptables, et de chapitres particulièrement longs, j’avais finalement pris beaucoup de plaisir à me plonger dans cette saga familiale pleine de secrets et de rebondissements inattendus. En optant pour la lecture de La Route de Savannah Winds, j’espérais avoir le même coup de cœur. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Pourtant, j’ai pu retrouver un bon nombre d’éléments qui auraient dû me convaincre. Je vous explique cela plus en détails dès à présent.
Contrairement à La dernière valse de Mathilda, je me suis rapidement intéressée aux personnages et à l’intrigue. En effet, les chapitres avaient du rythme et les bases de l’histoire ont rapidement été annoncées. Cependant, pour une raison inexpliquée, les points de vue utilisés dans la narration se sont multipliés, rendant la compréhension parfois complexe. Les sous-intrigues qui se sont ajoutées d’un chapitre à un autre ne m’ont pas toujours semblé justifiées et ont, en quelque sorte, éclipsé l’impact qu’aurait dû avoir l’intrigue principale sur le lecteur. En s’éparpillant ainsi, j’ai eu la sensation que l’auteure avait bâclé le véritable sujet du roman, à savoir l’héritage de Fleur et sa découverte de Savannah Winds. Finalement, à mes yeux, ce ranch qui donne son nom au titre du livre n’est qu’un prétexte pour aborder d’autres sujets, pas toujours en lien avec ce qui était annoncé au départ et dans la quatrième de couverture. Cela donne lieu à des chapitres avec une construction saccadée et de longues descriptions, qui peuvent avoir tendance à perdre l’attention du lecteur.
De plus, j’ai trouvé cela dommage que la construction du récit soit quasiment la même que celle de La dernière valse de Mathilda. Les deux romans pourraient être superposés, seuls les personnages changent. Les éléments de base de l’intrigue sont sensiblement les mêmes : un héritage sorti de nulle part, une jeune femme qui ne se plait pas dans son quotidien, un retour dans le passé grâce à des lettres ou journaux intimes, et une famille retrouvée. J’ai eu la sensation de faire face à un copier-coller de son premier roman.
Côté protagonistes, j’ai regretté qu’il y en ait autant qui interviennent dans le roman, alors qu’ils ne jouent pas forcément un rôle déterminant dans l’intrigue. Je pense notamment à Mélanie, Bethany et Margot, qui sont plus agaçantes qu’autre chose. Plutôt que de mettre l’accent sur leur quotidien, qui ne sert pas la quête de Fleur, il aurait été plus adapté de développer le passé d’Annie, de Sam ou encore de Selina, afin que l’on comprenne davantage l’importance de l’héritage légué à l’héroïne. Je suis également restée sur ma faim au sujet de Blue. L’explication donnée par l’auteure m’a laissée perplexe, je dois bien le reconnaître.
Enfin, j’ignore si cela vient de la traduction ou si l’auteure s’exprime réellement ainsi, mais il y a certaines tournures de phrases et expressions qui m’ont vraiment dérangée. Je pense notamment aux appellations utilisées pour qualifier des personnages homosexuels ou aborigènes. Cette maladresse a, à plusieurs reprises, parasité ma lecture.
En définitive, j’ai été plutôt déçue par ce roman. Alors que le potentiel était vraiment présent pendant les premiers chapitres, l’auteure a pris des décisions pour son récit qui ne m’ont pas du tout convaincue. J’ignore si mes attentes étaient trop élevées après mon coup de cœur de La dernière valse de Mathilda, mais je reconnais que La Route de Savannah Winds m’a semblé moins percutant.

Egalement de Tamara McKinley : La Dernière Valse de Mathilda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s