Chroniques

La Symphonie du hasard, T.3 – Douglas Kennedy

Titre : La Symphonie du hasard, tome 3
Auteur : Douglas Kennedy
Publication : 2017
Genre : contemporain
Édition lue : Pocket
Nombre de pages : 471
Statut : lu du 11/08/21 au 14/08/21
Obtenir un exemplaire

Synopsis : De retour à New York après une tragique parenthèse irlandaise, la jeune étudiante américaine Alice Burns est une femme brisée. En rupture avec sa famille, elle tente de se reconstruire, de retrouver goût à la vie… Dans cette Amérique qu’elle ne reconnaît plus, la tâche ne sera pas aisée. Ce sont les années Reagan, les années sida. Celles de l’argent facile, de la consommation comme idole, et d’une concurrence acharnée de tous contre tous – jusque chez les siens… Hasard ou destin ?

Critique : Après avoir dévoré les deux premiers tomes de la trilogie La Symphonie du hasard, je n’ai pas pu résister à l’appel du dernier livre. Tout comme le précédent, les chapitres ont défilé à un rythme effréné, étant complètement happée par l’histoire. Au fil des pages, je me suis beaucoup attachée à Alice et à d’autres personnages secondaires, tels que Howie. J’étais donc très curieuse de savoir ce que Douglas Kennedy leur réservait dans ce dernier opus. Je peux vous l’affirmer, je n’ai pas été déçue.
Effectivement, comme cela avait été le cas dans les deux premiers livres, l’auteur n’a pas épargné ses protagonistes Qu’il s’agisse des figures principales, c’est-à-dire la famille Burns, ou les secondaires, tous ont leur lot de péripéties à affronter. Toutefois, comme je l’avais déjà souligné pour le deuxième tome, rien n’est exagéré ou forcé. Je veux dire par là que ce qui arrive dans le quotidien de ces personnages est parfaitement crédible. Que ce soit le résultat de leurs actes ou un coup du destin, tout s’enchaîne de façon naturelle. Cela rend d’ailleurs les protagonistes encore plus attachants ou détestables, puisque l’ensemble de ces événements révèlent davantage leur véritable visage.
Côté intrigue, j’ai aimé enfin comprendre ce qui se passait dans le premier chapitre du premier tome. Bien que cela ait été de longue haleine, je suis contente d’avoir découvert, grâce au flashback, ce qui a mené la famille Burns a un tel dénouement. J’ai également apprécié le fait que Douglas Kennedy nous dresse, encore une fois, un portrait très juste de la société des années 1970 et 1980. Bien que certains sujets ne soient pas toujours évidents à aborder, j’ai vraiment eu la sensation que l’auteur l’avait fait avec brio dans cette trilogie.
Je peux désormais l’affirmer sans crainte, la série La Symphonie du hasard m’a réconciliée avec l’écriture de Douglas Kennedy. Elle m’a également donné envie de découvrir prochainement les autres titres de l’auteur que j’ai encore dans ma bibliothèque, en espérant qu’ils me plaisent autant que ces trois derniers.
En définitive, si vous n’avez pas encore eu l’occasion de lire La Symphonie du hasard, je vous la recommande chaleureusement. Et si, comme moi, vous avez quelques difficultés à entrer dans l’histoire, persistez, vous ne le regretterez pas !

Egalement de Douglas Kennedy : Piège nuptial + Une Relation dangereuse + Mirage + La Symphonie du hasard, T.1 + La Symphonie du hasard, T.2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s