Blogging

Qu’est-ce que le SEO ?

Lorsqu’une entreprise décide de créer un site Internet ou un blog, afin de promouvoir ses produits et ses services, il est indispensable qu’elle prenne en compte toutes les variables qui s’imposent à elle. En effet, être visible sur le web ne s’improvise pas. Certaines techniques doivent être utilisées afin de renforcer son positionnement sur les moteurs de recherche, tout en facilitant l’expérience des utilisateurs. C’est notamment le cas du SEO, qui répond à ces deux critères primordiaux.
Que signifie précisément cette expression ? Comment cela se met-il en place ?
Je réponds à vos questions dans ce nouvel article.

Que signifie « SEO » ?

Le sigle SEO vient des termes anglophones « Search Engine Optimization ». En français, cela signifie « optimisation pour les moteurs de recherche ». Le SEO, également appelé référencement naturel, définit donc l’ensemble des techniques utilisées pour améliorer la SERP (Search Engine Result Page), à savoir la position d’un site Internet sur les pages d’un moteur de recherche.
L’objectif principal d’un expert en SEO est de renforcer la visibilité des sites dont il a la charge, en leur permettant de gagner des places dans les résultats des moteurs de recherche, quels qu’ils soient. Cela concerne donc aussi bien le leader Google, que ses concurrents, à savoir Yahoo ! ou encore Bing.
Plus précisément, dans le domaine du SEO, on juge qu’un site est bien référencé lorsqu’il apparaît dans les premières positions d’un moteur de recherche selon les requêtes et mots-clés qu’il vise. Le but ultime est d’atteindre la position zéro, qui consiste à voir l’un de ses articles apparaître dans un encadré situé au-dessus des autres résultats, lui permettant de se distinguer des contenus traitant du même sujet. Selon Google, la position zéro est un résultat premium pour une recherche donnée.

Quels sont les principaux critères en termes de SEO ?

Selon diverses études basées sur les habitudes de recherche des internautes, les sites les plus visités sont ceux qui apparaissent sur la première page. Parmi les 10 résultats les mieux référencés, les 3 premiers sites comptabilisent à eux seuls près de 60 % des clics. Ces chiffres, très révélateurs, démontrent à quel point il est important de travailler ses contenus afin de booster la visibilité de son site.
Pour parvenir à atteindre ces positions, 3 grands critères, divisés en sous-parties, sont à prendre en compte :

  • L’expérience utilisateur, appelée UX : Cette donnée comptabilise plusieurs paramètres, à savoir l’apparence et la qualité du site, le taux de rebond et celui de conversion, les actions (commentaires, « j’aime », partages), le codage HTML et l’optimisation on-page, que j’évoquerai dans la prochaine partie.
  • Les liens : Cette deuxième donnée peut paraître plus complexe, car particulièrement complète. Néanmoins, il s’agit de prendre de bonnes habitudes pour que cela se mette en place naturellement. Ainsi, vous devez accorder de l’attention à la puissance de votre domaine, à la provenance des liens que vous intégrez, à leur emplacement sur votre site, au volume et à la régularité de leur utilisation, mais aussi au balisage.
  • Le contenu : Enfin, le contenu a une importance capitale dans le référencement de votre site Internet. Cela passe notamment par l’arborescence, le choix des mots-clés, l’intérêt des pages, mais aussi par l’originalité, la présence de liens internes, des URL savamment choisies et un design réactif (responsive design), permettant de naviguer sur différents supports sans que le contenu soit impacté.

Si tous ces éléments doivent être développés, afin de renforcer le référencement naturel de votre site Internet, d’autres sont à surveiller pour ne pas réduire à néant tous vos efforts. C’est le cas de la vitesse de chargement d’une page ou des facteurs bloquants, c’est-à-dire le « duplicate content » (le contenu dupliqué), les iframes (les fenêtres donnant accès à un autre site) ou encore les pages comprenant trop d’images.

Face à toutes ces contraintes, il peut être difficile de savoir par où commencer. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est recommandé de faire appel à des rédacteurs qui maîtrisent le SEO ou, si vos contenus sont déjà rédigés, à des consultants spécialisés. Néanmoins, si vous souhaitez mieux comprendre en quoi cela consiste concrètement, je vous conseille de poursuivre votre lecture.

En quoi consiste concrètement le SEO dans un contenu ?

Vous l’avez compris, le SEO est un ensemble de techniques additionnées les unes aux autres. Cependant, certaines d’entre elles concernent précisément le contenu, à savoir vos pages et vos articles de blog. Pour booster votre référencement, quelques règles sont donc à suivre dès que vous rédigez un nouveau texte :

  • L’optimisation on-page : Il s’agit d’améliorer la qualité d’un contenu, en perfectionnant votre stratégie de mots-clés. Cela se traduit par la mise en place de balises, qui permettent de structurer vos propos et d’attirer l’attention des algorithmes. Ainsi, vous devez toujours avoir un titre (balise title), des sous-titres (balises sémantiques, appelées également H1, H2, H3, etc.), un contenu (body), des liens renvoyant à d’autres pages ou articles de votre site (maillage interne), une meta description et des mots-clés (balises meta) et une URL précise. L’utilisation du gras et de l’italique est également primordiale afin de faciliter le repérage des mots-clés directement dans le contenu.
  • L’optimisation off-page, aussi appelée netlinking : Contrairement au maillage interne, le netlinking renvoie vers d’autres sites. Le choix des liens (backlinks) est important, puisque pour avoir un impact sur les algorithmes, il faut que les sites vers lesquels vous renvoyez vos lecteurs soient de qualité. Dans l’idéal, il faut citer des experts reconnus dans le domaine que vous traitez. Veillez également à l’ancre de votre lien, c’est-à-dire au terme utilisé pour rediriger votre lecteur. Il joue un rôle important.
  • L’expérience utilisateur : Au-delà des pratiques techniques, il ne faut jamais oublier de rendre la lecture agréable. Pensez donc à travailler le visuel de vos contenus, que ce soit en créant plus d’espace, en utilisant des images ou encore des couleurs. Mettez également l’accent sur la qualité de votre contenu et son unicité. L’expérience de l’utilisateur prend de plus en plus d’ampleur, à tel point que certains spécialistes parlent désormais de SXO (Search Experience Optimization) à la place de SEO.

Si vous ne deviez retenir qu’un seul point de cet article, ce serait que le SEO est un travail long et fastidieux. Cela demande de la pratique, des compétences, mais surtout de la patience. C’est véritablement un investissement sur le long terme. Si vous voulez du résultat immédiat, mais temporaire, il faut alors vous tourner vers le SEA (Search Engine Advertising), qui correspond à un référencement payant par l’intermédiaire de publicités. Pour un résultat optimal, il est conseillé de combiner ces deux pratiques, créant alors le SEM (Search Engine Marketing).

Vous avez besoin d’aide pour la rédaction et l’optimisation de vos contenus ? Contactez-moi par mail : alycia.bouedron@hotmail.fr !

4 réflexions au sujet de “Qu’est-ce que le SEO ?”

  1. Article hyper clair et précis. Cependant j’ai 2 questions concernant la structure de l’article lui-même. Si j’ai bien vu, vous avez mis 1 titre + 3 H2. Or Lucie Rondelet conseille de mettre 1 titre + 1 H1 (je n’ai pas compris pourquoi, je trouve ça redondant mais je suppose que c’est une question de référencement). Elle dit aussi qu’il faut mettre 2 H2 (ni plus ni moins) car l’un ouvre et l’autre ferme (si j’ai bien compris). Quel est votre avis sur ces questions ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je vous remercie pour votre commentaire.
      Pour répondre à vos questions, il y a deux points de vue qui s’opposent lorsqu’il s’agit de la structure d’un article. Certains privilégient l’utilisation multiple du H1 pour donner plus de poids à leurs mots-clés, renforçant ainsi le référencement. D’autres, comme moi, préfèrent respecter la hiérarchie traditionnelle, à savoir le titre principal (H1), les titres de parties (H2) et les sous-titres (H3). Cela permet aux moteurs de recherche de mieux comprendre l’importance des informations et de les restituer selon les requêtes des internautes.
      Quant aux H2, cela me semble relativement réducteur de limiter à deux. Certaines questions ne peuvent pas être traitées avec uniquement deux éléments de réponse. Cela risquerait d’être binaire et de ne pas faire avancer le problème. Si les parties sont justifiées et correctement optimisées, à la fois pour les moteurs de recherche et pour l’expérience des utilisateurs, il n’y a pas de raison de se priver d’en rédiger trois, quatre ou plus encore.
      J’espère que cela vous permettra d’y voir plus clair. N’hésitez pas à me contacter si vous avez d’autres questions.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s